Histoire du lit – du lit antique au lit moderne en passant par le lit médiéval

Du lit de paille au lit moderne

L’homme ne peut vivre sans sommeil. Depuis le début de l’humanité, des efforts ont été déployés pour créer un endroit confortable et sûr pour dormir. Naturellement, en des temps reculés, la situation était tout-à-fait différente de ce qui est considéré comme acquis aujourd’hui. En effet, l’histoire du lit remonte aux temps anciens. À cette époque, le lit – une innovation ! – était initialement considéré comme un symbole de statut.

Qui a inventé le lit ?

Nous devons de nombreuses innovations indispensables de la vie quotidienne à des génies individuels, que ce soit le vélo, la machine à café ou l’ordinateur. L’histoire du lit s’avère beaucoup plus ramifiée. Au lieu d’un inventeur particulier, il y a un développement au fil du temps et selon les besoins du temps. On pourrait donc aussi parler d’une évolution du lit.

Si les premières constructions en forme de lit remontent au XIIe siècle de notre ère, il était bien entendu important depuis longtemps de se coucher le plus confortablement possible. Les traces des premiers lieux de couchage peuvent être trouvées à l’âge du bronze : c’étaient des creux de terre tapissés de nattes. En fait, même le terme lit vient de cette époque de l’histoire humaine, vers 2200 à 800 avant JC. Parce que le mot signifie quelque chose comme « dépôt enfoui dans le sol » (une idée qui subsiste dans le terme « litière »). Les anciens Egyptiens avaient des aires de repos surélevées – plus le propriétaire était riche, plus le lit était confortable.

L’Antiquité – un lit pour toutes les occasions

Les Grecs et les Romains utilisaient déjà des lits élaborés. Cependant, ce luxe restait réservé uniquement aux classes aisées, tandis que les «gens du commun» se contentaient d’un espace de couchage surélevé. Les lits antiques étaient fabriqués en métal ou en bois fin, avec une structure tendue de sangles faisant comme une sorte de sommier à lattes, très similaire aux couchages auxquels nous sommes habitués aujourd’hui. Même alors, on savait qu’une ventilation insuffisante conduit à la formation de moisissure sur le matelas de sol. Il y avait même une sorte de matelas : des coussinets remplis de fibres ou de laine étaient utilisés. Par-dessus, on posait plusieurs couvertures ou peaux d’animaux. Ajoutons à cela au moins un coussin de tête et une couverture chaude en laine.

Les Romains utilisaient différents types de lits. Selon l’usage, ils distinguaient le lit conjugal, le lit de malade, le lit sur lequel se reposer, sur lequel on écrivait ou méditait, le lit à manger en forme de canapé et le lit de mort. Il était inhabituel pour les Romains de séparer les espaces de repos et de vie. Par conséquent, une chaise longue pouvait également être utilisée comme table.

Les anciens Egyptiens aussi avaient des lits surélevés et des cadres de lit en bois ou en métal, et ils connaissaient même les lits de voyage pliables à roulettes. Plus le propriétaire était respecté et riche, plus son lit était confortable. Par exemple, les lits trouvés dans la tombe de Toutankhamon ne sont pas seulement merveilleusement décorés, ils ont également des grilles finement tissées qui peuvent être vues comme les précurseurs des cadres à lattes d’aujourd’hui.

Ainsi, comme pour tant d’autres choses, l’antiquité s’est avérée incroyablement moderne.

Banquet Couch (1st c. BCE) (15314755005)

Voilà pour les similitudes déjà fortes avec la normalité d’aujourd’hui. Cependant, l’histoire du lit montre de fortes différences en termes d’utilisation: il y avait déjà différents types de lits dans l’antiquité – du lit conjugal au lit de malade en passant par le lit de mort. Cependant, il n’y avait pas de séparation entre la chambre et les autres espaces de vie, de sorte que la zone de couchage était également souvent utilisée comme table à manger ou comme lieu de travail.

Le Moyen Âge – l’ origine de la forme du lit d’aujourd’hui

En Europe, le type de lit auquel nous sommes habitués aujourd’hui a commencé à émerger au Moyen Âge. Quiconque a déjà vu les lits ordinaires de cette époque dans un musée d’histoire, en connaîtra probablement la forme généralement raccourcie – on est facilement tenté d’en conclure que la population du Moyen Âge devait simplement être nettement plus petite que la moyenne actuelle. Mais même si cela est vrai, les lits médiévaux s’avèrent toujours terriblement petits. Pour comprendre, il faut savoir que la position de sommeil était fort différente : il n’était pas habituel de s’allonger tout droit – d’autant plus que cette position aurait nécessité un lit encombrant, alors que l’habitat était souvent étroit. Au contraire, on préférait dormir sur le dos en position semi-assise – les jambes allongées, mais le haut du corps posé contre d’épais oreillers sur la tête de lit. Cette position de sommeil était considérée comme saine.

Sous ce lit ancien, en bois et court, on plaçait son pot de chambre et à côté du lit, un coffre en bois servait d’armoire.

Medieval short bed

Dormir au Moyen Âge – une question de noblesse

Les lits dits à baldaquin sont devenus très à la mode au Moyen Âge. Conçus avec art par de talentueux menuisiers, ces lits à baldaquin avaient un matelas rembourré de plumes et recouvert de cuir. Une fine couverture de soie était tendue dessus, le tout était garni avec des oreillers en duvet moelleux.

L’ancienne tradition de la multifonctionnalité se perpétuait : pendant la journée, les lits spacieux pouvaient être utilisés comme sièges et espaces de réception pour les invités. Ils formaient leur propre espace dans l’espace au centre d’une pièce médiévale. Si la nuit commençait au crépuscule, il suffisait de tirer les rideaux pour créer ainsi une alcôve douillette. Cependant, ces lits luxueux mirent très longtemps à se diffuser, des riches aux gens ordinaires. Même au 12ème siècle, il était courant et approprié même pour les chevaliers et les nobles de se coucher pour dormir à côté de plusieurs autres personnes sur un simple lit de paille.

Jusqu’au début du Moyen Âge – et pour la population plus pauvre probablement au-delà – il restait assez courant de dormir avec une sorte de matelas et de fourrure par terre. Là, les gens s’enveloppaient nus dans un grand drap. Mais même les simples habitants des zones rurales préféraient déjà se coucher sur des cadres en bois. Vers la fin du Moyen Âge, les gens firent un grand bond en avant – pour dormir plus confortablement, on utilisa des matelas en sacs de paille qui augmentaient considérablement le confort de sommeil.

Du XVIe siècle – des lits pour tous

Ce n’est qu’au XVIe siècle que des lits s’établissent au-delà de la noblesse dans les salons des agriculteurs, des artisans et de la bourgeoisie. Les niches de lit simples du peuple n’étaient toujours pas comparables aux symboles de statut luxueux des nobles. Néanmoins, le lit est également devenu une habitude pour la population active. Dans les appartements des riches, le coin nuit luxueux est devenu un objet de prestige : ce fut la grande mode des lits de parade. Lors d’une visite importante, se lever pouvait être célébré à travers une cérémonie splendide – sur le modèle du « lever du Roi ». De plus en plus riche, la bourgeoisie se tournait résolument vers cet exemple de premier ordre. AU 18è siècle cependant, la chambre de parade s’est démodée et a cédé la place à des lits simples, qui correspondent largement au design des lits d’aujourd’hui.

Pat cu baldachin-Le Grand Trianon - Franta

Le lit moderne

Jusqu’au 20è siècle, les lits confortables restaient un luxe réservé aux élites. Les couchages pour les ouvriers et les domestiques étaient encore très simples, et dans certaines grandes villes, il y avait même une pénurie de lits. Cela a conduit des citoyens plus aisés à louer leurs lits à des étrangers à l’heure pour dormir. Même si la production de masse de cadres de lit a commencé avec l’industrialisation au milieu du XIXe siècle, ce n’est qu’après la Seconde Guerre mondiale que la prospérité moyenne générale a permis de rendre des lits fonctionnels accessibles au grand public. Avec la compréhension accrue de l’hygiène du sommeil, la chambre séparée a également prévalu, tout comme les types de matelas et de sommiers à lattes anatomiquement plus appropriés. La promotion d’un sommeil sain et confortable est depuis lors la priorité absolue.

Si vous considérez l’histoire du lit depuis l’aube de l’humanité, les similitudes entre les époques dans la conception des lieux de couchage sont étonnantes. Les peuples de l’antiquité, comme nous aujourd’hui, semblaient apprécier une oasis de calme aussi bien rembourrée que possible. Le matelas s’est développé, passant sac de paille au textile rempli de fibres ou de plumes beaucoup plus confortable. Des couvertures ou des draps chauds ont toujours été utilisés. Et même le sommier à lattes en tant que forme sophistiquée de ventilation de matelas remonte à une longue histoire.