Fauteuil design : 30 chefs d’oeuvre qui ont marqué l’histoire

Passage en revue du fauteuil design / vintage du XXè et du XXIè siècle par des designers connus et reconnus.

Histoire du fauteuil design

Le fauteuil design avant 1918

Dès avant l’avènement du design moderne à proprement parler, un certain nombre de tendances et de créateurs commencent à s’éloigner sérieusement de la vieille tradition du fauteuil de style, issue d’un monde révolu.

En Europe, les monarchies ont cédé la place à des Républiques, l’économie rurale et contrôlée succombe à l’irrésistible montée du capitalisme urbain et les modes de production artisanaux ont massivement été remplacés par l’industrie.

A nouvelle époque, nouvelle esthétique !

Arts and Crafts

En réaction à cette industrialisation qu’il juge sans âme et aliénante, le mouvement anglais puis européen Arts and  crafts promeut un artisanat modernisé, où l’artisan, restant maître de son travail de A à Z, produit – souvent en groupe – des petites séries de haute qualité.

Par son minimalisme et son exigence fonctionnelle, ce mouvement pose les bases du design à venir, de l’Art nouveau, de la Sécession viennoise, de De Stijl et du Bauhaus.

 

Fauteuil Kubus, Josef Hoffmann, 1910

L’architecte viennois Hoffmann dépoussière radicalement le concept de fauteuil avec ce majestueux cube de bois recouvert de cuir cousu.

Josef Hoffmann - Fauteuil Kubus (1910)
Josef Hoffmann – Fauteuil Kubus (1910)

Le fauteuil design entre 1918 et 1945

Fauteuil Wassily, Marcel Breuer, 1925

Dans une époque encore toute encombrée de vieilleries, le designer hongrois Marcel Breuer – alors tout jeune professeur au Bauhaus – innova en s’inspirant… d’un vélo !

Avec des tubes d’acier courbé, dessinant les lignes d’un cube, exhibant les structures que l’histoire du meuble avait toujours voulu cacher, il utilisait le cuir non plus seulement comme revêtement mais comme instrument naturel de la souplesse de l’assise et du dossier. A quoi bon le crin, la mousse ou les ressorts ?

Brillant minimalisme pour un produit ultra-résistant, économique et facile à produire en série !

Marcel Breuer - Wassily Chair

Fauteuil MR20, Ludwig Mies van der Rohe, 1927

Dans la même veine que Marcel Breuer, Mies van der Rohe taille encore dans la bête : à quoi bon s’embarrasser de 4 pieds, 2 accoudoirs, 1 assise, 1 dossier, soit 8 éléments, quand on peut tout faire avec 2 tubes courbés et un peu de fibre végétale ? Fabrication assurée par le spécialiste du bois courbé : Thonet.

« Less is More », comme il disait…

Ludwig mies van der rohe, sedia con braccioli MR 20, 1927-30

Fauteuil LC, Le Corbusier, 1928

Le Corbusier, lui, ne sait pas compter et n’aime pas les courbes. Tant pis !

LC1

Fauteuil Barcelona, Ludwig Mies Van Der Rohe + Lilly Reich, 1929

Cette fois, Mies et Lilly Reich revisitent le fauteuil de tradition anglaise, le Chesterfield capitonné, et enlèvent tout ce qui dépasse ! Résultat : la quintessence de la tradition entre en lévitation !

Ngv design, ludwig mies van der rohe & co, barcelona chair

Fauteuil Bibendum, Eileen Gray, 1929

Composé de 2 boudins semi-circulaires et revêtus de cuir sur une assise du même style, le Bibendum d’Eileen Gray détonne dans la production assez monotone, froide et masculine du design des années 20. Par son humour et son côté ludique, il annonce le fauteuil design des 30 glorieuses, tellement plus poétique que celui du fonctionnalisme austère.

Fauteuil Bibendum - Eileen Gray
Fauteuil Bibendum – Eileen Gray

Fauteuil Paimio, Alvar Aalto, 1930

Pour la tradition, le fauteuil de luxe c’est du bois et du cuir.

Pour Alvar Aalto, le fauteuil design c’est du contreplaqué de bouleau courbé luisant comme du cuir ! Pas forcément le plus confortable, mais quelle élégance des lignes !

Ngv design, alvar aalto, armchair 41, 1930

Le fauteuil design entre 1945 et 2000

L’entre-des-guerres a marqué l’avènement à la fois du fonctionnalisme – assurer la fonction de l’objet en priorité – et du minimalisme – supprimer non seulement la décoration, mais aussi tout élément non-indispensable. Logiquement, cette esthétique rationnelle et froide s’est exprimée dans des formes carrées.

L’après-guerre au contraire, après le grand jeu de massacre mondial, tout en conservant le sens de la fonction et l’éthique du minimum, y a ajouté un besoin de confort et de chaleur humaine qui s’exprime dans des formes rondes.

Ainsi s’affirme une nouvelle tendance qui va marquer nombre d’oeuvres : le design organique, aux formes directement inspirées de formes naturelles.

Fauteuil Oeuf, Jean Royère, 1951

Avec son fauteuil en forme de demi-sphère qui réunit en un seul bloc les 2 éléments essentiels d’un fauteuil pour un corps humain – assise + dossier -, Jean Rovère inaugure une forme qui fera des émules pendant des décennies, comme on le verra plus tard avec les fauteuils Globe, 560, Ball etc.

Le seul défaut de ce chef d’oeuvre : les 4 pieds n’avaient rien de nécessaire, et ses émules régleront le problème avec des versions à 1 pied, voire… sans aucun pied !

Fauteuil oeuf - Jean Royère
Fauteuil oeuf – Jean Royère (Source : Centre de documentation des musées)

Fauteuil Diamond, Harry Bertoia, 1952

Un éternel problème a animé la recherche des designers modernes : « que puis-je enlever ? »

Brillante réponse de Bertoia : « presque tout ! »

Donc juste une structure, un maillage de tiges de métal, aucun revêtement, et voilà, c’est prêt !

Diamond Chair - Harry Bertoia, MNAM

Fauteuil BFK, ou Butterfly, ou AA, Jorge Ferrari-Hardoy, Antonio Bonet et Juan Kurchan, 1951

Créé en 1938, mais édité seulement en 1951, le fauteuil BFK est l’oeuvre de trois architectes designers, collaborateurs de Le Corbusier. Leur fauteuil s’inspire d’une chaise pliante américaine utilisée notamment par l’armée en campagne. Il s’appelle d’abord Butterfly à cause de sa forme évocatrice quand il est édité par Florence Knoll, puis AA d’après le nom du magazine « Architecture d’aujourd’hui ».

Il est constitué de tubes de métal – un standard du fonctionnalisme – et de toile cousue ou de cuir dans ses versions luxueuses.

BKF Chair

Fauteuil Oyster, Pierre Paulin, 1954

Formé à l’école du design scandinave et américain qui savent si bien joindre l’utile à l’agréable, Pierre Paulin – qui travaille d’abord pour la célèbre société Thonet, puis pour Artifort – multiplie les oeuvres au design organique, inspirés de formes animales ou végétales (voir plus loin son champignon, le Mushroom).

A chaque fois il utilise des principes similaires :

  • des housses de tissus unis, aux couleurs vives, chatoyantes
  • une forme d’un bloc, sans distinction claire entre la structure et le revêtement

Dans son fauteuil « huître », il utilise encore la déjà vieille technique de l’assise en tubes de métal issue du design de l’époque précédente, mais rejoint le design le plus novateur de son époque en présentant une forme où dossier, assise et accoudoirs ne font qu’un.

Fauteuil Oyster - Pierre Paulin
Fauteuil Oyster – Pierre Paulin

Fauteuil Lounge Chair, Charles et Ray Eames, 1956

Fondateurs du design industriel, le couple Eames a changé l’histoire du mobilier moderne.

Collaborateurs de la revue novatrice Arts & Architecture, et amis du grand designer Eero Saarinen (voir plus loin), ils innovent en utilisant des matériaux et techniques d’avant-garde empruntées à d’autres branches de l’industrie, notamment l’automobile et l’aéronautique :

  • l’acier
  • le contreplaqué moulé et plaqué
  • la fibre de verre
  • le plastique moulé

Leur fauteuil Lounge Chair mobilise ces techniques pour revisiter le fauteuil anglais « club » au service d’un confort impeccable et d’une finition parfaite. Classe !

Une star du fauteuil design : le Lounge - Charles et Ray Eames
Fauteuil Lounge – Charles et Ray Eames (Source)

Et si vous voulez, cette vidéo vous dit même comment le fauteuil Eames est fabriqué :

Fauteuil Tulip, Eero Saarinen, 1957

Toujours dans la lubie du design moderne qui consiste à simplifier au maximum, le designer américain d’origine finlandaise Eero Saarinen qui avait collaboré avec le couple Eames lui aussi auteur de mobilier en plastique moulé, innove avec un fauteuil révolutionnaire moulé d’un bloc… ou deux en comptant ce coussin rond et coloré. Fabriqué par la société Florence Knoll.

Il décline le même objet en version chaise.

Eero Saarinen, "Pedestal" Armchair and Seat Cushion, Designed 1956

Fauteuil Drop Chair, Egg Chair et Swan Chair, Arne Jacobsen, 1958

Engagé pour meubler le premier gratte-ciel de Copenhague, le danois Arne Jacobsen n’a pas lésiné sur le talent en créant ces trois sièges devenus comme lui des stars du fauteuil design scandinave.

Les fauteuils « goutte », « oeuf » et « cygne » combinent avec brio les exigences du fonctionnalisme et du minimalisme, avec une bonne dose d’imagination et de poésie en plus, ce qui fait tout leur charme.

Ils témoignent d’un bel esprit de synthèse aussi : le monopied d’acier des Eames, et la richesse évocatoire d’un Royère, d’un Paulin ou d’un Saarinen, avec la simplicité d’un Breuer ou d’un Le Corbusier ! Trois en un, un en trois.

Arne Jacobsen - fauteuils design Drop, Egg and Swan

Fauteuil Heart and Cone, Verner Panton, 1959

Ce fauteuil élégant du designer danois Verner Paton, ex-collaborateur d’Arne Jacobsen, et produit par la société Vitra, dessine à la fois la forme d’un coeur (de face) et d’un cone (de face comme de profil).

Fauteuil Heart and Cone Chair - Verner Panton

Fauteuil Mushroom, Pierre Paulin, 1959

Le designer français Pierre Paulin fait un grand progrès en 1959 en présentant ce fauteuil « champignon » qui repense et règle le vieux problème de la structure et du revêtement :

  • toute la structure consiste en une armature métallique cachée
  • sur cette armature, une mousse synthétique
  • et sur cette mousse, un textile synthétique extensible qui s’ajuste impeccablement à la forme

Le tout, dans une forme organique de toute beauté, entre nature et géométrie pure.

A noter, si vous êtes amateurs de champignons : voyez plus loin la Girolle de Jean-Pierre Laporte, 10 ans plus tard. Partants pour une fricassée de fauteuils vintage dans votre salon ?

Fauteuil Mushroom - Pierre Paulin
Fauteuil Mushroom – Pierre Paulin

Fauteuils Ball et Bubble, Eero Aarnio, 1963-1968

Ngv design, eero aarnio, globe chair 1963-65 01
Fauteuil design Ball

Dans la lignée du fauteuil « oeuf » de Jean Royère, le designer finlandais propose une mise à jour du fauteuil en forme de sphère, en poussant l’idée plus loin – plutôt 2/3 de sphère qu’1/3 comme chez Royère, et 1 pied ou 0 plutôt que 4.

En effet la version Ball Chair de 1963, montée sur un pied, est suivi en 1968 de la version Bubble Chair, suspendue ! On peut donc s’en servir… de balançoire domestique !

Fauteuil design Bubble Chair de Eero Aarnio
Fauteuil design Bubble Chair

Fauteuil 4801, Joe Colombo, 1965

Star du fauteuil design italien, Joe Colombo passe pour un des pères de la mondialement connue chaise en plastique d’extérieur qui s’empile, inspirée de ce fauteuil numéro 4801 pourtant fait entièrement en bois – mais que la société Kartell réédite aujourd’hui en plastique.

4801 armchair, Joe Colombo - MNAM

Fauteuil Girolle, Jean-Pierre Laporte, 1969

Cet extraordinaire fauteuil design est fait d’une sorte de feuille de fibre de verre recouverte de tissu en polyester qui s’enroule sur elle-même pour former une corolle évocatrice dune girolle !

Voir le fauteuil

Fauteuil Up (1-5), Gaetano Pesce, 1969

Vous n’allez pas le croire mais ce fauteuil à l’esthétique très pop… se fabrique tout seul.

En effet, il est livré compressé sous vide et dès qu’on le déballe, sa mousse en polyuréthane expansé prend ses formes définitives, celles d’une femme évoquant une Vénus préhistorique, un boulet au pied…

Un des plus fun fauteuils design qui ait jamais existé !

Gaetano pesce per c&b italia, poltrona e pouf Up5 6, 1969 (2000)

Fauteuil Fiocco Lounge Chair, Gianni Pareschi, 1970

Fait d’un tube de métal courbé au milieu duquel est tendu une membrane de polyuréthane extensible, ce fauteuil design excentrique et magnifique prolonge les recherches de Breuer et Le Corbusier (car finalement ce sont exactement les mêmes principes de base), tout en leur apportant une géniale touche de sensualité.

Gianni Pareschi sera un des fondateurs du célèbre Studio G14.

Voir le fauteuil

Fauteuil Système, Verner Panton, 1973

Telle une langue repliée sur elle-même et recouverte de cuir capitonné ou lisse ou de tissu, ce fauteuil sculptural, avec ou sans bras, a une allure incroyable, semblant flotter dans l’espace avec classe.

Voir le fauteuil

Fauteuil Proust, Alessandro Mendini, 1978

Avec ce fauteuil postmoderne, le facétieux designer italien Alessandro Mendini relooke le style du 18è siècle avec des étoffes en référence à la peinture pointilliste.

Il est réédité en 1993 et en 2011 avec de nouveaux textiles et de nouveaux imprimés tous plus délirants les uns que les autres.

Voir le fauteuil

Fauteuil Feltri, Gaetano Pesce, 1987

Conçu au centre de recherche de la célèbre maison de design italien Cassina, ce fauteuil innove dans le long débat structure / revêtement, en… supprimant la structure !!!

En effet, et d’une manière surprenante, il est fait entièrement de feutre (laine compressée), dont les parties structurantes ont été imprégnées de résine à chaud.

Gaetano pesce per cassina, poltrona feltri, 1987

Le fauteuil design au XXIè sicle

Fauteuil Smoke, Maarten Baas, 2002

Clin d’oeil à la bergère Louis XV, le fauteuil Smoke a un mode de fabrication très original puisqu’il s’agit de bois brûlé (technique japonaise ancestrale, Shou Sugi Ban) puis enduit de résine époxy, avec un revêtement en mousse polyuréthane recouverte de cuir.

Fauteuil Smoke - Maarten Baas
Fauteuil Smoke – Maarten Baas

Fauteuil Felt Chair, Joseph Felt, 2003

L’allure d’un bon vieux fauteuil club, mais dans un matériau inédit : des couches de feutre épais, replié de nombreuses fois sur elles-mêmes, et qui finissent par composer miraculeusement l’assise, le dossier et les accoudoirs.

Un matériau, des plis, aucune structure, et voilà le travail !

Joseph Felt Chair // Lothar Windels from Alex Fabry on Vimeo.

Fauteuil Tantra / Kama Sutra, AJ Vitaro, 2003-2006

Magnifique objet de relaxation chez soi, ce fauteuil au nom évocateur adopte une double courbe aussi délicieusement élégante que confortable.

Sur son site, le designer raconte la conception du Tantra Chair.

Le Tantra Chair, un fauteuil design inspiré des formes d'une femme
Le Tantra Chair, un fauteuil design inspiré des formes d’une femme

 

Conclusion

Et voilà, nous avons fait le tour – oh, un simple survol tellement le domaine est riche – du fauteuil design.

Que voulez-vous voir d’autre ? Des chaises design ? Des canapés ?